Platine N°150 : Grand Theft Auto : Vice City

Trophées
140 vues
2 Commentaires

Toujours dans l’objectif 2024, sur les platines des GTA existant, je me suis posé sur mon épisode préféré GTA : Vice City ! Tout naturellement, c’est après l’épisode de GTA 3 et mon 149ème platine que je me suis lancé dans sa suite, enfin suite est un « Grand » mot, car si l’on en croit l’histoire, cette dernière se passe avant celle de GTA 3…

GTA Vice City, une "R"évolution

Retournons dans le passé, nous sommes en 2002, 1 an après la sortie de GTA 3 et le nouveau GTA est annoncé ! Un nouvel univers, un nouveau personnage, des nouvelles missions, mais surtout, des nouvelles capacités ! Les rumeurs dans les magasines y allaient de bon train, il va y avoir des chiens, on va pouvoir fumer, il faudra mettre de l’essence … Tout un tas de ragots qui ressortiront d’année en année suivant la mémoire de certains joueurs…

Non, la révolution … des motos ?! Cool… des hélicos !!!! Mais non ?! Dans mes yeux d’enfant, c’était magique !!!

2024... le jeu a fêté ses 20 ans déjà... et alors ?

Comme son prédécesseur, le constat reste similaire, le jeu n’a pas si mal vieillit, les graphismes sont très correct et reste agréable à jouer. On notera toujours une interface prévue pour les téléviseurs 4/3 qui reste un peu envahissante sur nos écrans modernes, le HUD se déforme est certaines informations, lors de missions ou de course, nous obstrue la vue.

Également, on pourra encore s’attarder sur le gameplay toujours daté des années 2000 où les joysticks n’avais pas encore le pouvoir comme dans nos jeux modernes ou encore que les gâchettes L2 et R2 qui reste liées à voir sur les côtés ou jumelé voir à l’arrière de son véhicule…

On notera cependant que le jeu commence à faire des efforts en ce sens, en essayant d’améliorer les contrôles de GTA 3 pour les rendre plus adaptés.

Malgré cela, on s’y fait vite et les soucis de contrôles ou même de caméra nous passent largement au-dessus.

Ah, mais j’oubliais, il est maintenant possible de rentrer dans des bâtiments, grosse nouveauté du titre, un centre commercial, des bureaux, magasins divers et variés et bien plus encore ! Une bonne initiative pour agrandir la zone de jeu … mais encore, il est maintenant possible d’avoir un mini-map dans le menu ! Voilà qui est parfait, on est moins perdu dans nos mini îles…

Une histoire... courte !

L’histoire se déroule dans la ville de Vice City, inspirée de Miami mais dans les années 1980. On incarne donc Tommy Vercetti, un ancien membre de la mafia qui a récemment été libéré de prison. Son ancien boss, Sonny Forelli (Sonny… Sony ?), l’envoie à Vice City pour conclure une importante transaction de D. C’est là que ça part en couil… et Tommy perd à la fois la D et l’argent.

Maintenant déterminé à récupérer son argent et à se venger, Tommy se lance dans une série de missions au sein de l’univers criminel de Vice City. Au fur et à mesure que l’histoire progresse, Tommy s’associe avec différents personnages, dont Lance Vance et Ricardo Diaz, tout en élargissant son empire criminel.

L’intrigue implique des trahisons, des alliances mouvantes, et la montée de Tommy Vercetti dans le monde du crime.

L’histoire se termine par une confrontation avec Sonny Forelli, « l’ancien » Boss de Tommy, alors que ce dernier cherche à consolider son pouvoir à Vice City en supprimant, si possible, Tommy du décor !

Bien qu’après beaucoup de recul et d’année de jeu à avaler des histoires diverses et variées, je me rends compte que la trame principale est assez nanardesque, mais que le ton est un choix volontaire ! Le jeu est une caricature bien écrite du cime des années 80 et on s’attache aux personnages… Je pense à vous Ken et Paul 😬

J’aurais cependant aimé approfondir la narration… ou approfondir Mercedes… ? Tommy ! Lâche ce clavier, c’est mon récit !

C'est qui le Baron ?! Et ce platine ?! Simple !

La platine de Grand Theft Auto: Vice City n’est pas compliqué en soit, il demande cependant beaucoup d’organisation ! Contrairement à GTA3 où certains pouvaient être manquable et vous faire recommencer une partie, ici, nous n’avons pas ce système. Aucun trophée n’est impossible à obtenir et quelques un suive un peu la trame de l’histoire en récompensant vos avancés suivant les personnages et missions en cours.

Une seconde partie demandera des actions spécifiques et le reste, c’est du farm ou des collectables … paquets cachés, sauts uniques, massacres, sans oublier les trophées liés aux petits boulots qui améliorent considérablement votre expérience de jeu ! Je les recommande en premier, histoire de s’en débarrasser rapidement tout en gagnant des avantages conséquent ingame !

En soit, foncez chercher, si vous le pouvez encore, ce dernier !

Dans GTA Vice City sur PS2, le joueur incarne un certain Tommy Vercetti qui doit enchaîner des missions diverses et variées dans une ville inspirée du Miami des années 80. Un certain nombre d’activités sont proposées en parallèle des missions de base : chauffeur de taxi, pompier, ambulancier… Ce jeu d’action s’appuie sur une carte gigantesque est et un exemple de non-linéarité.

Difficulté Platine

5/10

Points positifs :
  • Des amélioration distinctives
  • Des graphismes toujours corrects
  • Une durée de vie intéressante
  • Une rejouabilité infini
  • Des musiques iconiques
Points négatifs :
  • Quid de la génération des véhicules
  • Une caméra capricieuse
  • Des contrôles améliorable
  • Jeu court en ligne droite
Tags: Grand Theft Auto : Vice City
Le jeu
Articles populaires
Nos guides

2 Commentaires. En écrire un nouveau

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous devez remplir ce champ
Vous devez remplir ce champ
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Vous devez accepter les conditions pour continuer